Quezaco ?

Sans qu’aucune Excellence de la république ne s’y intéresse, un profond mouvement monte à l’assaut de la société : l’Appel des Coquelicots. Lancé en septembre 2018, cet Appel réclame l’interdiction de tous les pesticides de synthèse au nom de la beauté du monde. Et de la santé des écosystèmes et des humains. Près d’un million de personnes l’ont déjà rejoint, dont la moitié ont signé à l’ancienne, sur des feuilles en papier tendues sur les marchés, dans les salles d’attente des médecins, à la sortie des RER de la région parisienne, dans les fêtes et les expos, jusque dans les rues des villes.

Et ce n’est qu’un début. Nous poursuivons jusqu’en octobre 2020 notre recherche de soutiens. A cette date, nous tirerons le bilan de deux années d’une exceptionnelle mobilisation. Chaque mois en effet, depuis plus d’un an, entre 550 et 850 rassemblements ont lieu devant les mairies, le premier vendredi. Des dizaines de milliers de Français sont devenus des Coquelicots, témoins vivants qu’une autre direction est possible. On a rarement vu cela dans ce pays, où jamais on n’aura autant parlé des pesticides et de leur insupportable toxicité. Nous avons obtenu très vite des délibérations municipales de soutien au mouvement, venues de tout petit villages, de modeste villes et de grandes cités. Notent-sur-Marne, Bédarieux, Brest, Grenoble, Langouët, Paris, Clermont-Ferrand, Toulouse, Lille sont avec nous. Et ces villes sont, indifféremment pour nous, de droite, de gauche ou écologistes. Notre Appel est un appel d’humains à d’autres humains.

Dans le printemps 2019, à l’initiative de notre ami Daniel Cueff, de Langouët (Ile-et-Vilaine), une centaine de maires courageux ont pris des arrêtés antipesticides. Mais ce n’est qu’un début. Mais ce ne sera jamais qu’un début, car nous voulons un monde sans pesticides. Fait pour les oiseaux, les papillons, les abeilles, les grenouilles, les vers de terre et les hommes. Nous ne nous arrêterons plus. Et nous allons gagner, grâce à vous tous.